Une soirée avec Jean Lassalle

Un Jean Lassalle convaincant

Un Jean Lassalle convaincant

Une gageure cet article: décrire en quelques mots une réunion publique de Jean Lassalle tant le « personnage » (tel qu’il regrette parfois d’être présenté par les médias – en fait, il en joue – :-) ), utilisant sa faconde pyrénéenne, son sens de l’anecdote et ses talents d’orateur pour séduire une assistance nombreuse, souhaitait faire passer un message simple et unique: faire que chaque citoyen se sente responsable d’un projet commun pour la France.

De ses rencontres avec les Français, il tire trois conclusions affirmées:

  1. Ils ont une « affection » pour leurs élus locaux, en particulier les maires, seuls garants du lien de proximité avec un monde administratif devenu incompréhensible et inadapté pour résoudre des problèmes quotidiens,
  2. Ils n’ont plus confiance dans les « politiques au-dessus » (dès le Conseil Général), de quelques bords qu’ils soient, pour gouverner le pays, embrigadés qu’ils sont dans les jeux partisans et leur propre intérêt,
  3. Ils ont « mal à la France » et sont prêts à retrousser les manches à condition de leur dire pour quel horizon ces efforts sont à faire.

Quelques commentaires: …

  1. la proximité: Jean Lassalle s’est dit très inquiet de la réforme territoriale en cours
    • la responsabilité du maire de plus en plus diluée dans la communauté de communes,
    • la disparition programmée des départements,
    • la mise en place de régions gigantesques sans réelles identités (pour ressembler à l’Allemagne qui n’a pas la même culture politique que nous)
    • de façon générale, la perte du lien des citoyens avec leur territoire
  2. la mauvaise image des politiques (« Qu’est-ce que j’ai pris à travers la figure! » Jean Lassalle dixit).  Les causes de ce désamour:
    • Une assemblée studieuse

      Une assemblée studieuse

      la « non-écoute » des citoyens par les politiques; les décisions viennent des « gens qui savent » à priori et qui expliquent aux gens pourquoi ils ont tord de ressentir ce qu’ils ressentent,

    • la mauvaise anticipation et la non-maîtrise d’évolutions incontournables (mondialisation, internet …. ) ayant des impacts directs sur la vie des Français, par exemple
      • délocalisations, mise en concurrence avec pays sans contrat social …
      • perte de la notion de langue française, dégradation de l’image du maître …
    • un système démocratique où 20 % des Français se retrouvent , finalement, avec 60 % des sièges à l’assemblée nationale
    • l’inadéquation des partis politiques dans leur fonctionnement actuel où l’intérêt du parti prime sur le projet
    • le manque de « projets politiques affirmés » a fait que se sont les « technostructures administratives » qui ont pris le dessus du fonctionnement de l’état qui « tourne sur lui-même » mais pas pour les citoyens.
  3. la capacité intacte de mobilisation des Français: sans vouloir récupérer le mouvement citoyen du 11 Janvier, Jean Lassalle nous a dit ne pas avoir été étonné par celui-ci. Lors des discussions avec nombreuses personnes rencontrées lors de son tour de France, une fois les premiers reproches passés, il a ressenti chez chacun une envie de « sortir de là » et de « ça ne peut plus durer ».

« Notre France a besoin d’un élan national du même type que celui porté par le « Conseil National de la Résistance » au sortir de la 2 ème guerre mondiale »

L’avenir. Jean Lassalle n’a pas esquivé: sa réflexion n’était pas terminée sur ce point.

  • Tout d’abord des doutes:
    • visiblement son « message » n’est pas relayé; peu ou pas d’échos ni dans les médias ni auprès des décideurs politiques contactés.
    • le planning électoral des deux années à venir (départementales, régionales, présidentielles)  est tel que les jeux partisans habituels sont déjà lancés. Impossible d’envisager une évolution de la vie politique à court terme.
  • Une certitude
    • c’est à partir du « local »que l’évolution se fera
    • par une analyse non – partisane des problèmes (ce qui n’empêche pas d’avoir des « visions » et des options de solutions différentes) ; il sait que les « élus de base » en sont capables,
    • par un engagement de tous les citoyens qu’il faut « appeler » à s’intéresser à la chose publique,
    • c’est, à partir de cette base qu’il compte poursuivre cette action engagée
Jean avec notre déléguée départementale

Jean avec Danielle, notre déléguée départementale.

Lors du débat, d’autres points ont été abordés: l’éducation, la montée du F.N., l’entreprise, son avenir personnel …

Une belle soirée politique « au sens noble »

Un grand merci à Laurent Touzet pour la mise en place de cette réunion. Un grand merci également à Jean-Pierre Constant, maire d’Aubenas, pour la qualité de son accueil.

… et, bien sûr, un grand merci aux nombreuses personnes qui sont venues à cette rencontre, élus ou non, MoDem ou non, dans un bel esprit humaniste et républicain.

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans 1- Local, 2- Départemental, 3- National, D- Vie du Mouvement, Politique générale, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.