Ne boudons pas notre plaisir … mais

Au lendemain de ce week-end, que d’aucun qualifie d’historique, comment ne pas être heureux de voir les citoyens fraterniser autour des valeurs essentielles de notre nation en ignorant toute différence d’origine, de culture, de religion … et de convictions politiques ?

Les réactions sont nombreuses. En cliquant sur la photo ci-contre, vous trouverez celles de F. Bayrou.

Il faut toutes les écouter. Même celles des citoyens qui se sont positionnés comme des « Je ne suis pas Charlie »; en effet si l’humour est un droit, chaque personne a aussi droit au respect: l’ironie est une arme puissante, la ligne éditoriale de Charlie a pu blesser certains comme une « arme à répétition ». Mais si, comme en tout, la liberté d’expression doit avoir ses limites, il faut affirmer avant toute chose, qu’en démocratie, c’est à la loi de définir celles-ci et, si besoin, les tribunaux sont là pour départager ce qui relève de l’humour et ce qui relève de l’offense. Au delà de l’horreur et la barbarie de ces attentats et de l’émotion qu’ils ont engendrée, c’est pour défendre ce « droit au droit » que nombre d’entre-nous ont participé sans réserve à ces rassemblements.

Il est encore trop tôt pour savoir si ces journées auront un impact sur notre « monde politique ». Espérons que cela sera. Il appartient désormais à chaque mouvement politique et à ses responsables, à l’aune de ses propres valeurs, de redéfinir si besoin leurs pratiques et leur programme. Pour le Mouvement Démocrate c’est un sérieux encouragement que viennent de lui donner les Français en disant avec force « arrêtez vos querelles partisanes et factices, revenez à l’essentiel ! ».

C’est à chacun d’entre-nous, par son engagement, à relever ce défi pour les mois et années à venir.

Merci à tous !

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans 1- Local, 3- National, D- Vie du Mouvement, Société. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.