L’étranger

« Je sais, ça serait bien d’accueillir tout le monde, mais que peut-on faire? C’est comme ça, c’est la crise, il faut être réaliste. Il n’y a plus de travail, il n’y a plus d’argent, il n’y a plus de logement, mais les immigrés continuent de venir, de plus en plus nombreux. Bien sûr, chez eux, c’est la misère. Mais si ça continue comme ça, tous les Africains viendront vivre chez nous. Je ne suis pas raciste, ça non. Mais il faut savoir regarder la vérité en face, moi je galère, je travaille depuis toujours et je ne demande rien à personne, eux, faut les voir, ils font des enfants et touchent des allocs ! Ce n’est pas vivable. On le voit tous les jours à la télé, plus ils sont nombreux, plus il y a d’insécurité. Et puis la France, c’est la France. Si on continue de les accueillir, on finira par ne plus être chez soi. »

Ce discours (extrait d’un opuscule de la Cimade: « Préjugés pour les migrants ») qui d’entre nous ne l’a pas entendu … voire, pour tout ou partie, pensé ? Pourtant, hormis au moment des faits divers, sommes nous correctement informés sur les problèmes de l’immigration ?   

Comprenons nous le pourquoi des flux migratoires ? Est-il si facile de venir en France vu le nombre – non mesurable par nature – de personnes sans papiers devant recourrir à une vie clandestine? Pourquoi les migrants semblent-ils avoir un réflexe d’identité communautaire plutôt qu’une volonté de s’intégrer ?

La campagne présidentielle devrait proposer un moment de réflexion sur ce thème qui n’est souvent traité qu’à travers des « petites phrases politiques » à visée électoraliste. Si une personne réagit à un comportement choquant de tel ou tel « étranger » … et la voila traitée de « raciste » et « de droite », si une autre montre de la compasssion devant tant de misère de certaines familles sur notre sol … et la voilà traitée d' »utopiste rêveur »et « de gauche ».
Une fois de plus, ce jeu du « tout ou rien » face à un problème complexe s’avère stérile et l’accumulation des lois autour du problème de l’immigration, lois souvent crées en réaction non réfléchie suite à tel ou tel fait divers malheureux,  fait que toute initiative se retrouve immédiatement engluée dans un maquis juridique où seul les spécialistes ont accès.
La première démarche à avoir est donc de s’informer et d’essayer de comprendre à partir de ses propres valeurs et son propre ressenti.

A Annonay, au chateau de Déomas, ce Samedi 24 Mars à 17h, une conférence est organisée sur ce thème par le le MRAP et la CIMADE

 MRAP: Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples
CIMADE: ancien anagramme de « Comité inter mouvements d’aide aux évacués » se présentant aujourd’hui comme « Service œcuménique d’entre-aide ».

Nous ne pouvons que conseiller à nos adhérents et sympathisants d’y participer même si, par moment, le positionnement politique partisan et clivant de ces organismes empêchent une réfléxion et un dialogue apaisés.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans 3- National, Politique générale, Présidentielles 2012, Social, Société, Z- Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.