Si ce n’était pas si triste … on pourrait en rire.

C’est amusant quand on rentre chez soi après quelques jours de voyage, on retrouve notre quotidien avec des yeux plus neufs; notre curiosité en est attisée.

Mais vite l’actualité reprend ses droits … et, hier, la une des journaux titrait sur un acte de violence contre les locaux de Charlie Hebdo. En tant que Démocrate nous ne pouvons que nous insurger devant cette tentative d’intimidation; même si l’on peut admettre que certaines personnes soient blessées par tel ou tel article, plus ou moins caricatural, la violence ne peut en aucun cas être une réponse.

De plus cet acte a été contre-productif: 70 000 exemplaires du journal se sont vendus en une journée. Tout le monde en parle … c’est à qui fera le plus d’humour noir sur le sujet.

La palme de l’humour involontaire revient au journal de 8h ce matin sur France Inter (je cite de mémoire) : « Rappelons les faits: 2 cocktails molotov ont détruit les locaux de Charlie-Hebdo; l’enquête penche de plus en plus sérieusement vers un acte criminel«  .

Elémentaire mon cher Watson !  :-)

Claude Escande

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans 3- National, E- Presse, Social. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Si ce n’était pas si triste … on pourrait en rire.

  1. Laurent TOUZET dit :

    Encore une atteinte au droit d’expression et à la liberté de la presse. Il ne faut en aucun cas laisser de tels actes se reproduire et punir fermement les auteurs des faits.

Les commentaires sont fermés.